Accueil [fr] | [fr] | [fr]
L'univers de l'Espace
Reine de Saba












Le miel du Yémen... le plus cher du monde

et celui de la région

Le miel du Yémen : le plus rare & le plus cher du monde

A voir les ruches, des sortes de fûts en terre cuite ficelées installées sur des supports sommaires et caillouteux, à voir une tente bricolée non loin de là et des bédouins calmes et silencieux, on est très loin d’imaginer que l’art de l’apiculture remonte ici à la nuit des temps, et que les détenteurs du savoir sont souvent sans besoin. Le assal dohâni, le miel du Wadi Dohân, situé en plein cœur de la large vallée du Wadi Hadramawt (entre les montagnes du Yémen et la région du Dofâr omanais) est effectivement très réputé car les abeilles, djabali, butinent ce qu’elles ont autour d’elles, à savoir des fleurs de plantes peu fréquentes, endémiques, exceptionnelles, uniques au monde. Pas des moindres. Dans la vallée verdoyante, elle butinent des acacias, palmiers et plantes assez ordinaires, mais aussi un arbrisseau appelé ilb, nerprun ou prunier noir à l’état sauvage tandis que dans les renfoncements des vallées et sur les hauts plateaux, elle se régalent de fleurs de plantes extraordinaires : Commiphora, arbres à myrrhe, Boswellia sacra, encensier endémique et régional très rare qui donne une résine uniques et prisée durant des millénaires (à partir de 5000 ans avant J.-C. jusqu’à l’invention du bâtonnet d’encens qui n’en est pas un). Les abeilles vont aussi chercher les fleurs de Stapelia, Caralluma aux splendides inflorescences feutrées aux odeurs putrécides, Kalanchoë farinosa, Cissus, pour ne citer que ces quelques succulentes. Selon les saisons, le miel, produit très dense à la forte viscosité due au très faible degré d’humidité, aux teintes noirâtres (faisant penser à du pétrole brut) et donne des goûts inconnus pour les palais normaux. Les vertus millénaires sont connues : force et vaillance pour les hommes âgés ou les jeunes ; vertus médicinales pour les femmes en santé fragile ; longévité et stimulant sexuel voire aphrodisiaque. Mais aussi ce miel offre la chance évidente de pouvoir concevoir un héritier mâle… Les apiculteurs pratiquent le nomadisme, laissant leur famille au village. Se déplaçant jadis en dromadaire, aujourd’hui ils le font en 4x4 ou plutôt en camion. Même en plein désert du Rub al-Kahli et « son affluent yéménite », le Ramlat as-Sabatayîn rencontrer des apiculteurs ayant déployés les battants du gros camion dégageant ainsi les ruches installées à mène la benne. Là aussi le miel est exceptionnel car dans un vaste rayon, elles dénichent des fleurs de graminées ou de petites succulentes qui surgissent pour quelques jours à peine après un gros orage. Et au détour d’une dune, on peut jouir d’une surprenante prairie verdoyante ! Le miel du Wadi Dohân est en vente directement « chez les producteurs », et dans les boutiques des villages et villes des environs. Il reste très prisé des grandes familles du Golfe et même d’ailleurs. Avec l’Unité yéménite (1990) et l’attrait des pratiques théologiques, la vogue du miel s’est répandue partout, mais seul, celui du Dohân reste inclassable, par ses goûts si subtiles et son coût très élevé qui peut atteindre la valeur de 300 euros le kilo. Lors des fêtes, des réceptions ou encore des séances de Dân (rencontre poétique) les Hadramis aiment déguster leur légendaire assal, en savourant du café, gawa, de la tisane du café, girch, ou plutôt du tchaï yéméni, parfumé au girofle ou à la cardamome.

Le 2 décembre 2006, Camille et Thierry Sergent, soutenus par l’Ambassade de France à Sanaa, ouvrent à Hadibu, petite capitale de l’île de Socotra, la première boutique de miel socotri, avec la participation de 112 apiculteurs. Ils comptent aussi pour avril 2007 produire le premier miel de dracaena au monde, avec une fête-hommage qui aura lieu à Sanaa.

Durant l’exposition « Yémen, Arabie Heureuse… » et toutes les autres qui se succèdent, l’Espace Reine de Saba a le plaisir de présenter, de faire déguster et de vendre des miels exceptionnels et exclusifs du Yémen, Socotra, rivages de la mer Rouge, Ethiopie (Bati, Débark, Axum, Harrar), Erythrée, Oman (miel de datiers), et même d’Iran.

Espace BEL' de Saba - 30 rue Pradier - 75019 Paris - Tél / Fax : 01 43 57 93 92 - Contact