Accueil [fr] | [fr] | [fr]
L'univers de l'Espace
Reine de Saba












ADEN, RIMBAUD et les autres personnages : révélations !

BORER & JEANCOLAS s’en mèlent... vive la mêlée !


Des révélations sur la photo de Rimbaud à Aden, dans un article que publie aujourd’hui Jean-Jacques Lefrère.

Nous sommes désormais en mesure de la dater à 15 jours près, de donner le nom du photographe qui l’a prise, le matériel qu’il a utilisé, ainsi que l’identité probable des 7 personnes qui y figurent.


Du nouveau à la date du 24/11/10 sur : http://chezleslibrairesassocies-rim... avec de nouveaux personnages, et des dossiers passionnants !

http://bibliobs.nouvelobs.com/20100...

http://www.lexpress.fr/culture/livr...

Nota : nous ne sommes pas sûr de toutes ces informations, les enquêtes se poursuivent aussi de notre côté...

A la date du 15 septembre, nous signalons le blog de Loic Bodin qui fait un compte rendu intéressant sur Rimbaud, sa vie son oeuvre.... voici quelques détails, qu’il faut poursuivre sur son blog

http://loicbodin.wordpress.com/2010...

... "Samedi 26 juin 2010, les Amis de Rimbaud recevaient Alain Borer pour une conférence intitulée « Rimbaud, l’heure de la fuite ». Affluence record dans un des salons du Procope, où, nous apprend Borer au début de son intervention, il retrouvait déjà quelques dizaines d’années auparavant, un cercle de rimbaldiens, dont un certains d’entre eux ont depuis publié des ouvrages consacrés au poète.

Alain Borer est tout à la fois conférencier et comédien ce 26 juin. Il déclame, il interpèle, au besoin il réveille quelques personnes de l’auditoire assoupies par la chaleur insupportable de l’après-midi.

Le début de l’intervention est assez pénible : il passe en revue toutes les têtes connues – de lui- présentes dans le salon et trouve des qualificatifs plus élogieux les uns que les autres pour leur plume ou leur esprit. Une vingtaine de minutes plus tard, changement de ton. Il ne s’agit plus louanges mais de boulets rouges : Borer s’emporte dans des attaques qui n’ont, à l’accoutumée, pas leur place dans les réunions mensuelles des Amis de Rimbaud. Sa première cible est Jean-Jacques Lefrère : ses écrits ne sont pas à la hauteur d’un bon rimbaldien : « il devrait lire les phrases » ! Lefrère serait un marketeur plus qu’un connaisseur de l’oeuvre de Rimbaud. Du reste, le portrait présumé de Rimbaud récemment dévoilé n’est qu’une opération destinée à faire connaître et vendre le dernier livre de Lefrère. Le ton est virulent. Dans la salle, quelques têtes se secouent pour marquer leur désapprobation.

Puis c’est au tour de Claude Jeancolas de subir les sarcasmes de Borer : pour rien au monde Borer n’ira visiter l’exposition Rimbaudmania. Il fustige l’exhibition de strings à l’effigie de Rimbaud – oubliant au passage qu’il y a également des manuscrits d’exposés, et que la démarche de Jeancolas n’est pas d’expliquer l’oeuvre de Rimbaud, mais d’explorer le mythe qui s’est construit autour du poète, et ce dans différents champs de l’art (musique, opéra, littérature, peinture, mode, etc).

Enfin, c’est au tour de Steinmetz et d’Etiemble d’en prendre pour leur grade. Borer a un problème avec le mythe, il prétend également qu’il combat les vérités imposées par quelques biographes, passés maîtres dans l’art du « biographisme » mais ne semble pas comprendre qu’il participe aux travers qu’il dénonce. Il critique l’adulation des images et des objets mais avoue avoir acheté des fusils en Afrique qui auraient pu être vendus par Rimbaud. Les attaques sont un peu déroutantes et gratuites, elles continuent de mettre mal à leur aise quelques-uns, malgré les applaudissements qui résonnent lorsque sont abordés les doutes qui planent sur la photo de Rimbaud récemment découverte qui le présente en compagnie de quelques bourgeois sur la terrasse de l’hotel de l’Univers.

J’ai beau ne pas partager les dénonciations de Borer, j’aime son style piquant : il tranche avec le conformisme des Assis – pardon, des Amis de Rimbaud.

La deuxième partie de la conférence est de bien meilleure qualité. Nous visionnons un extrait d’un film qu’a réalisé Borer, diffusé en 1978 sur TF1. L’on y découvre Emilie Rimbaud, fille de Frédéric et nièce d’Arthur. Elle parle de la terrible « mother », qui était méchante avec elle et aussi avec Arthur, ce qui explique d’après elle, que « c’est pour ça qu’il n’a pas réussi si bien » (sic) !

Espace BEL' de Saba - 30 rue Pradier - 75019 Paris - Tél / Fax : 01 43 57 93 92 - Contact