Accueil [fr] | [fr] | [fr]
L'univers de l'Espace
Reine de Saba












la Reine de Saba, éléments d’histoire


Quelques propos lié à l’histoire de l’Ethiopie et à la Reine de Saba
Dans l’immense continent africain, cet étrange royaume chrétien > > s’est maintenu immuable depuis l’Antiquité biblique.L’Ethiopie, forteresse naturellement défendue par une situation géographique qui l’isola > > longtemps du monde, fonde ses origines sur l’union des Hébreux et des Africains ; l’union de Salomon, Roi d’Israël, et de le reine de saba, Reine du > > sud. Une union dont nacquit un fils, Ménélik Ier, qui porta le sceptre d’un peuple glorieux en fondant l’impérissable dynastie des Rois.Jusqu’au dernier > > représentant de cette dynastie, Haïle Selassie (qui succéda à Ménélik II et régna jusqu’en 1975), l’empire sut se défendre farouchement contre le > > paganisme le plus primitif environnant, mais surtout contre le virus européen.Pour mesure les raisons et la force de cette indépendance, il suffit de se > > rappeler que déjà Diodore de Sicile louait les vertus militaires des Ethiopiens, puis de relire les titres qu’invoquait au XVIIème s en écrivant à > > l’ambasadeur du roi Louis XIV, "son frère, Thekla Haïmanot, roi d’Ethiopie, le plus puissant des rois Nazarées _ Protecteur de l’Eglise d’Alexandrie dans > > toute son étendue _ Celui qui maintient l’ordre entre les Mahométans et les Chrétiens _Descendu de la famille des prophètes David et Salomon..."Ces > > expressions respirent un sentiment de la haute mission réservée à la dynastie de Salomon et à son peuple trop autonome évidemment pour pouvoir > > se concilier jusqu’à l’ère contemporaine, avec une abdication quelconque de souveraineté. Au premier plan des souvenis de la vaste histoire d’Ethiopie > > s’impose l’édifiante odyssée de la reine de Saba, innocente et prédestinée, appelée irrésistiblement, séduite par la sagesse rayonnante de Salomon.Les > > légendes sur les origines de cette reine fameuse diffèrent selon les points de vue de leurs auteurs, selon qu’ils sont Arabes ou Ethiopiens.Les > > chroniques asiatiques, les Yéménites, ou Sabéens luis donnent le nom de Bilkis (ou Balkis). Les Ethiopiens l’appellent Mâkedâ, ou Reine de Saba. C’est > > ce dernier nom qui fut retenu, alors qu’il n’était qu’une dénomination d’origine.Saba en effet dérive du mot Azieb ou Asab "qui vient du sud" et que > > nous retrouvons dans "vent d’Azieb", vent du Midi.La Reine de Saba. Sans doute cette Reine du Midi que mentionne Jésus-Christ dans le Nouveau > > Testament "La reine du Sud se lèvera, lors du jugement, avec cette génération, et elle la condamnera, parcequ’elle vint des extrêmités de la terre pour > > écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici plus que Salomon".Tel qu’il est mentionné dans le Kebra Nagast _ Gloire des Rois _ qui constitue les > > chroniques nationales des rois d’Ethiopie,et déjà à l’époque du Nouveau Testament, il est généralement connu qu’une femme règne sur "l’Egypte et > > l’Ethiopie", ou sur "l’Ethiopie". Ainsi évoque-t-on "Candace, reine d’Ethiopie..." dans les Actes des Apôtres."Candace" ("mère du Roi") qui a pu être > > originellement un nom propre est semble-t-il devenu générique à une lignée de souveraines.L’existence historique d’une souveraine régnant, quant à > > elle, sur le continent africain est bien attestée. S’agit-il de la lignée des souveraines du royaume de Méroé dont le représentant était en général une > > femme ? Si on a pu dans un premier temps situer le règne de Mâkedâ sur l’"Inde", cette notion géographique vague, dans l’Antiquité, pouvait désigner > > aussi bien l’Inde actuelle que le Yémen (Arabie du Sud) ou les régions situées au sud de l’Egypte, actuels Soudan et Ehiopie. Cela a pu produire jusqu’à > > aujourd’hui une confusion dans les perceptions. Mais l’on sait qu’à cette époque (entre 1800 et 1200 ans avant notre ère), les Sabéens s’étaient établis > > sur la côte africaine aux environs de la baie d’Adulis où ils attendaient les caravanes venant de la région montagneuse de l’actuel Tigré. Quoi qu’il en > > soit, la Gloire des Rois nous apprend qu’avant le fils de Salomon et de Mâkedâ, c’était une femme qui régnait sur L’Ethiopie et quaprès Mâkedâ ("mère > > du Roi") aucune femme n’eut plus le droit de régner... Ecris communiqué par Line L. Proposé par elle pour le blog lié à l’ouvrage de Marek Halter

Espace BEL' de Saba - 30 rue Pradier - 75019 Paris - Tél / Fax : 01 43 57 93 92 - Contact