Accueil [fr] | [fr] | [fr]
L'univers de l'Espace
Reine de Saba













ERYTHREE à découvrir (mise à jour le 23 septembre 2011)

Quelques informations sur ce pays... presque inconnu et très paisible !


Voyage exceptionnel accompagné par José-Marie Bel pour l’agence Explorator en septembre 2011 (magnifiques fêtes de Maskal, qui marquent la fin de la saison des pluies), et AUSSI en janvier 2012 pour les fêtes de Timkat (Epiphanie). Il reste des places : vous pouvez nous contacter sans tarder... au 01 43 57 93 92 ou l’Agence Explorator : 01 53 45 85 84. Nous sommes les premiers (.... et les seuls) à avoir présenté une exposition d’ordre culturel sur l’Erythrée, en septembre 2006. Nous sommes aussi les premiers à avoir réalisé des voyages en Erythrée (agence Explorator), que nous poursuivons. Nous soutenons ainsi, par des voyages "intelligents" un peuple, remarquable, doux, à soutenir un pays, et à participer - autant que possible- à l’ouverture de ce pays, sa reconnaissance, avec le souhait que les frontières, pacifiées, s’ouvrent le plus vite possible avec son voisin, l’Ethiopie.

PS : Nous ne sommes non plus pas dupes... (cf. Emission sur France-Inter, "et Pourtant, elle tourne" du mardi 11 mars 2008), mais il est bien inutile de pénaliser un pays, un peuple... très attachant. Cependant, nos amis journalistes occidentaux, bien ignorants de la conjoncture et de la géographie régionales seraient bien avisés de nous contacter... avant de dire ou d’écrire des bêtises : ils mélangent l’emplacement du "Ponant" (avril 2008) dans le Golfe d’Aden, puis en face de la Somalie, puis du Puntland, etc... et serez mieux avisés de contacter "Les Nouvelles d’Addis" qui depuis de nombreuses années écrivent de nombreux articles sur l’Erythrée, le Somaliland (un vrai état, non reconnu par l’ONU..., etc...), l’Ethiopie, l’Arabie...


Citation :

« [Là tu verras] l’Érythrée rouler ses flots sacrés sur un sable rougi, et s’étendre non loin de l’océan, ce lac aux reflets d’airain, ce lac, source de richesses pour l’Éthiopien, où le soleil, qui voit toute chose, vient plonger sans cesse son corps immortel et par les chaudes ablutions d’une eau doucement pénétrante retremper l’ardeur de ses coursiers fatigués. »

Strabon citant : Prométhée déchaîné d’Eschyle .Cf Ahrens : Aeschyli fragmenta.

Exposition en préparation à l’Espace Reine de Saba : saison 2012 - 2013 : Explorateurs en mer Rouge et océan Indien avec une partie importante concernant les divers rivages de la mer Rouge... durant plusieurs siècles... Explorateurs tels Ibn Battutâ, Marco Polo, Don Joao de Castro, Valentia, etc. INTRODUCTION

Nous sommes heureux de présenter pour la première fois à l’Espace Reine de Saba, et en France, cette exposition sur l’ERYTHREE, pays bien peu connu mais attachant et passionnant.

C’est dans un esprit de pure ouverture à l’égard de ce pays récent (1993), l’Érythrée, et de son grand voisin, l’Éthiopie, auquel nous sommes très fortement attaché, que nous avons la seule prétention d’offrir au public cette exposition pendant presque trois mois.

Il s‘agit de montrer, voire de dévoiler les différentes facettes tant géographiques, que historiques et sociales, tout en contrariant les tabous et idées préconçues.

Comme de coutume, elle est enrichie par des ouvrages originaux anciens (livres, cartes, gravures) d’explorateurs célèbres tels Dom Joao de CASTRO.

HISTOIRE SOMMAIRE DE l’ERYTHREE

  • 3000 avant J.-C. : l’Érythrée pratique le commerce sur la mer Rouge, le commerce des épices, des aromates et de l’ivoire.
  • IVème siècle : l’Érythrée fait partie du royaume éthiopien d’Aksoum qui l’arabise.
  • VIIème siècle : Islamisation de la côte. Elle prospère sous forme d’État semi-indépendant, sous la souveraineté toute théorique de l’Éthiopie, jusqu’à son annexion au XVIème siècle par l’Empire ottoman en pleine expansion.
  • 1885 : l’Érythrée devint colonie italienne.
  • 1939 : Seconde Guerre mondiale : Les forces britanniques s’emparent du territoire en 1941.
  • 1952 : Les Nations Unies décident de fédérer l’Érythrée et l’Éthiopie afin de contenter à la fois les revendications annexionnistes de l’Éthiopie et la volonté indépendantiste des Érythréens.
  • 1958 : Fondation du Mouvement de libération de l’Érythrée (MLE) par des exilés érythréens au Caire.
  • 1962 : L’Erythrée devient province éthiopienne. Le MLE est remplacé par le Front de libération érythréen (FLE).
  • Fin des années 1970 : Émergence du Front populaire de libération de l’Érythrée (FPLE), qui se révèle un adversaire efficace du gouvernement éthiopien.
  • 1990 : Le FPLE s’empare de Massawa et, l’année suivante, prend le contrôle d’Asmara.
  • 28 mai 1993 : L’Organisation des Nations unies accueille officiellement l’Érythrée parmi ses membres et reconnaît au FPLE la légitimité de diriger le pays.
  • Décembre 1995 : Le nouveau régime entreprend d’occuper l’île du Grand Hanish, à l’entrée de la mer Rouge, île dont la souveraineté est contestée par le Yémen.
  • Octobre 1996 : l’Érythrée et le Yémen qui ont fait appel à la médiation de la France décide de soumettre leur litige à un arbitrage international (la Grande Hanish sera restituée au Yémen en novembre 1998).
  • 1997 : Avec l’aide internationale, l’Érythrée poursuit la reconstruction économique du pays qui dépend toujours pour 40 % de l’aide extérieure. L’opposition islamiste de l’Union nationale érythréenne, une scission du FLE, animée par Abdallah Idriss semble s’orienter vers des actions armées, avec l’appui de certains dirigeants soudanais. Dans ce contexte, la mise en ouvre d’une nouvelle Constitution et l’élection d’un Parlement sont repoussés par le président Afeworki.
  • Mai-juin 1998 : Après l’établissement du nakfa, la nouvelle monnaie nationale, qui paralyse le commerce entre les deux pays, un conflit armé oppose l’Érythrée à l’Éthiopie à propos de zones du territoire éthiopien revendiquées par l’Érythrée sur la base de frontières définies lors de l’occupation italienne. Une médiation des États-Unis et du Rwanda échoue.
  • Mars 1999 : Les combats, qui mettent aux prises les deux armées équipées d’un important matériel, ont permis à l’Éthiopie de reprendre la plaine de Badmé. Les hostilités, qui n’ont pas cessé pour autant, font craindre une tentative de l’Éthiopie, qui n’est plus approvisionnée que par le chemin de fer de Djibouti, pour récupérer le port d’Assab, son seul accès à la mer. Le pays particulièrement meurtri par ces attaques tente toutefois de s’accorder avec l’Éthiopie sur un projet de paix de l’Organisation de l’unité africaine (OUA).
  • 16 Juin 2000 : Les combats entre l’Erythrée et l’Ethiopie ont totalement cessé quand le secrétaire général de l’OUA, Salim Ahmed Salim, quitte Addis Abeba pour Alger, où il doit assister à la signature de l’accord de cessation des hostilités. L’accord prévoit le déploiement d’une mission de paix des Nations Unies, sous l’égide de l’OUA sur une "zone de sécurité", située à 25 km à l’intérieur du territoire érythréen. Après Alger, une nouvelle phase de négociations s’ouvre pour régler le principal contentieux entre les deux Etats : la délimitation de leur frontière commune. La paix revenue, la situation des personnes déplacées pendant le conflit reste dramatique, surtout dans l’ouest de l’Erythrée.

ERYTHREE

Présentation générale

Nom officiel : Etat d’Erythrée
Origine de l’histoire de cette région et de son peuplement : plusieurs milliers d’années, en grande activité depuis 5000 ans Forme gouvernementale : République constitutionnelle
Superficie : 124.320 km²
1151 kms de côtes en mer Rouge. Frontières avec Djibouti : 109 km, Éthiopie : 912 km, Soudan : 605 km.
Situation : 15° nord, 39 ° est
Point culminant : Amba Soira : 3013 m.
Point le plus bas : Kobar sink, (Afar) : - 75 m
Drapeau : Vert, rouge et bleu, avec un laurier d’olivier en or
Emblème : un chameau (dromadaire) jouant d’un instrument de musique
Monnaie : Nakfa (ERN, du nom du ville révolutionnaire, environ 10 N pour 1 $)
Fête nationale : 24 mai (jour de son indépendance en 1993)
Autres fêtes : Epithanie (Maskal, chrétienne) : 19 janvier ; Eïd (Sacrifice, musulmane)

Population : 4,47 millions (Banque Mondiale, 2004). 4,561 599 (2005)
Naissance : 38,62 /°°°, Décés : 13,53 /°°°
Densité : 16 à 28,8 Hab/km2
Répartition de la population : 20 % vivant dans les Hauts-Plateaux ; 30 % : zone d’élevage (1000 à 2000 m d’altitude)
Capitale : Asmara : 400 000 habitants en 1995 ; 514 000 en 2005
Villes principales : Asmara, Keren Massawa, Assab
Langue officielle : il n’y en a pas, juridiquement parlant, mais l’arabe, le tigrinyia et l’anglais sont couramment parlés
Autres langues régionales : Afar, Bilen, Hedareb, Kunama, Nara, Saho, Tigré

Données démographiques
Croissance démographique : 1,28%
Espérance de vie : 53 ans (UNSTATS, 2005)
Taux d’alphabétisation des 15 ans et plus : 56 % (UNSTATS, 2005). H : 69,9 % ; F : 47,6 %
Religions : musulmane (50%), chrétienne orthodoxe (50%)
Religions minoritaires : catholiques romains, protestants, juifs, animistes (Kunama)
Indice de développement humain : 161ème sur 177 (PNUD 2005)

Communication
Transport : 6990 km de routes dont 874 sont recouverts
Chemin de fer entre Massaoua et Asmara, détruit par les conflits, réhabilité et rouvert en février 2006 : 117 kms. Un des plus beaux chemins de fer du monde (locomotives du début XXe s, et autorail italien des années 1930). Service martime entre Massawa et Assab

Tous moyens de communication moderne : tv, radio, téléphones (dont portables), internet, presse, etc…

ERYTHREE : Présentation générale (suite)

Données économiques
PIB nominal : 4,79 milliards de $ (Banque Mondiale 2004)
PIB par habitant : 1050 $ PPA (BM 2004)
PNB/Hab : 75 à 150 $ en 1995 : environ 200 $ en 2005
Taux de croissance : 1% (EIU 2005)
Taux d’inflation : 29 % en 1995 ; 18,2% (EIU, 2005)
Balance commerciale : -236 M $ (EIU, 2005)
Principaux clients en 2004 : Soudan (83%), Italie (4,9%), Djibouti (2,1%), Allemagne (1,1%)
Principaux fournisseurs en 2004 : Emirats Arabes Unis (17,3%), Arabie Saoudite (14,7%), Italie (14,2%), Allemagne (4%) Belgique (3,8%). (EIU, 2005)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (EIU, 2005) :
agriculture : 16 % ; industrie : 27 % ; services : 57 %
Exportations de la France vers l’Erythrée : 3,34 M€ en 2004 (DGDDI)
Importations françaises d’Erythrée : 0,36 M€ en 2004 (DGDDI)
Communauté française en Erythrée : 35 personnes immatriculées en 2004 (DFAE)

Economie
Agriculture : Terre arable 4,95 %. Céréales, huiles, légumes, coton, fleurs, café, vigne, vin, sisal, bois, poisson
Autres éléments : Agriculture : 9 % du PIB en 1998. Le pays n’a que 12 % de terres cultivables et pratique surtout une agriculture de subsistance soumise à des sécheresses périodiques

Productions agricoles (1998) : 70 000 t. de racines et tubercules ; 40 000 t. : pommes de terre ; 62 000 t. : sorgho ; 22 000 t. : millet (tef) ; 22 000 t. d’orge ; 12 000 t. : blé ; 12 000 t. :maïs ; 28 000 t. : légumes secs ; 30 000 t. : légumes frais ; 6 000 t. : sésame.

Cheptel : 1,5 million d’ovins, 1,4 million de caprins, 1,3 million de bovins, 70 000 camélidés, volailles. Pêche (1996) : 3 800 t. de poissons et crustacés

Industrie : agroalimentaires, boissons, brasserie, briqueterie, conserverie de poisson, textiles, tissus, cuir, transformation du bois, papier, ciment, artisanat et transformation

Ressources minérales 30 % du PIB en 1998. : sel (300 000 t), or et argent, potassium, zinc, cuivre, fer, granite, marbre

L’Erythrée mise sur l’exploitation de son sol en 2007 : hydrocarbures en mer Rouge (raffinerie de pétrole à Assab) et gaz

Importations (1997) : 490 millions de $ (produits fabriqués, machines, produits pétroliers). Exportations (1997) : 53 millions de $ (principalement bétail, sorgho, textiles).

Tourisme : 414 000 visiteurs auraient apporté 75 millions de $ de devises en 1998* * cette information nous étonne beaucoup, car nous constatons la très faible fréquentation touristique dans ce pays. On peut supposer que ces données concernent les voyages des personnes, - Erythréennes, pour la plupart – rentrant dans le pays et envoyant des fonds. Le tourisme, essentiellement italien, se borne à fréquenter les îles de la mer Rouge.

L’Erythrée est réparti en 10 provinces et capitales (villes principales) mais administré en 6 régions :

Région/gouvernorat :
Asmara, Hamasien Asmara nombre d’habitants : 420 000 hab (2005) Altitude : 2347 m

Denkalia Assab 28 000 5 m Semhar Massawa 29 100 5 m Senhit Keren 60 000 1392 m Gash Setit Barentu 8 000 980 Barka Agordat 15 000 615 Seraye Mendefera,25 000 1980 Akele Guzai Adi-Keyh 15 000 vers 100 Tessenay 30 000 nc Sahel Nakfa vers 1000

Plusieurs groupes ethniques vivant parfaitement en harmonie et correspondant aux différentes régions :
Tigrinya : 50 %
Tigre (ou Tigray) : 35 %
Kunama : 5 %
Afar : 4 %
Saho (mer Rouge, côte) : 3 %
Autre : 3 %

Astro, James Bruce, Henry Salt, Valentia,…avec un hommage rendu à Arthur Rimbaud (escale à Massawa), et aussi avec objets ethniques locaux qui montrent le savoir-faire des Erythréens.

Ainsi, encore une fois (notre 28ème exposition dans nos locaux depuis 1999), nous avons la vocation d’œuvrer pour la Paix et l’Amitié, et faisons le vœux profond qu’il soit compris et qu’il y contribue, même aussi modestement.

José-Marie BEL Président

Exposition réalisée : avec la participation de Tedros Kebbede et de Corina Byralmi. Photographies de José-Marie Bel.

Fonds documentaires et objets ethniques : La Maison du Yémen et collections privées.

Cette exposition est disponible à l’itinérance…

VOYAGES EXCEPTIONNELS Découvrir l’Erythrée : de magnifiques voyages (pour l’instant exclusifs) sont organisés par l’agence Explorator et accompagnés par J-M Bel. Chaque année sont programmés des voyages de 12 jours (presque toutes les régions, dont trois jours aux îles Dahlak) sont à l’automne et à Timkat. Renseignez-vous.


Encourager l’Erythrée à aller vers la démocratie et l’ouverture indispensable des frontières avec ses voisins... la paix et l’amitié, sont nos voeux les plus chers. Peut-on réver un peu ? Pour eux...

Documents joints

Espace BEL' de Saba - 30 rue Pradier - 75019 Paris - Tél / Fax : 01 43 57 93 92 - Contact