Accueil [fr] | [fr] | [fr]

YEMEN trois ans déjà ! voir reportage Envoyé Spécial 7 février 2018

vendredi 13 octobre 2017

Yémen : les enfants et la guerre

C’est un document exceptionnel, tourné dans un pays où aucune caméra ne peut plus pénétrer. Ahmed a 11 ans, Rima 8 ans, et Youssef 9 ans. Depuis trois ans, ils vivent sous les bombardements quotidiens de l’aviation saoudienne.

La réalisatrice yéménite Khadija Al-Salami a confié sa caméra à Ahmed, Rima et Youssef. Cette guerre oubliée, ce sont eux qui vont la raconter. Ils partent à la rencontre de leurs copains d’école, recueillent les témoignages des enfants blessés à l’hôpital et de ceux qui ont perdu leurs parents dans les bombardements.

Avec leur candeur d’enfant, ils interrogent aussi des adultes — une peintre, un chanteur de rap, une mannequin devenue "Miss Guerre" sur les réseaux sociaux… — et leur demandent d’envoyer un message à ceux qu’ils pensent seuls capables de stopper la guerre : les pays de l’Union européenne.

Construit comme un conte, sans images de violence, ce reportage bouleversant montre la cruelle réalité de la guerre à travers le regard des enfants, et l’incroyable espoir qu’ils placent en l’Europe pour mettre fin au conflit.

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/envoye-special-du-jeudi-8-fevrier-2018_2589744.html

Un reportage de Khadija Al-Salami.


Plus de trois ans après le début de la guerre civile au Yémen, le conflit entre les forces gouvernementales et les rebelles gagne en intensité. Des combattants séparatistes du sud du Yémen ont pris mardi le contrôle d’Aden, après trois jours de combats meurtriers contre les forces gouvernementales.
Sur France Culture, Matinales...

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/yemen-comment-sortir-de-la-pire-crise-humanitaire-de-la-planete


Le représentant spécial de l’ONU au Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, va quitter en février ses fonctions de médiateur dans le conflit qui ravage ce pays, a annoncé lundi l’organisation internationale.

Dans son communiqué, l’ONU n’a pas précisé qui remplacera Cheikh Ahmed, nommé en avril 2015.

Cheikh Ahmed "n’a pas l’intention de rester à ce poste au-delà de la fin de son contrat actuel expirant en février 2018", a-t-elle ajouté. "Jusqu’à la nomination d’un successeur, il reste engagé dans sa mission d’obtenir, par les moyens diplomatiques, la fin des violences, et d’aboutir à une solution politique".

En près de trois ans, Cheikh Ahmed a parrainé plusieurs séries de négociations entre pouvoir et rebelles yéménites qui ont toutes échoué.

En mai 2017, son convoi a été la cible de tirs dans la capitale Sanaa, contrôlée par les rebelles Houthis.

Ces derniers accusent Cheikh Ahmed, et l’ONU, de partialité en faveur du pouvoir soutenu par le royaume saoudien.

En mars 2015, l’Arabie saoudite est intervenue à la tête d’une coalition militaire de pays arabo-musulmans pour appuyer le gouvernement yéménite, mais les forces loyalistes peinent à reconquérir le terrain perdu au profit des rebelles.

La guerre au Yémen a fait plus de 9.200 morts et près de 53.000 blessés. Selon l’ONU, ce pays, le plus pauvre du Moyen-Orient, est le théâtre de "la pire crise humanitaire du monde".

Auteur : Par AFP - Dubaï

Voir en ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/yemen-comment-sortir-de-la-pire-crise-humanitaire-de-la-planete


Espace BEL' de Saba - 30 rue Pradier - 75019 Paris - Tél / Fax : 01 43 57 93 92 - Contact