Des racines et des ailes, film ethiopie, reportage tv ethiopie, axum, axoum, stèles axumites, ambassade d’ethiopie, ambassade d’ethiopie en France, paris-ethiopie, paris-yemen, Yemen, Yémen, sanaa, aden, hadramawt, moka, mokha, café, qât, encens, myrrhe, niebuhr carsten, henri de monfreid, joseph kessel, arthur rimbaud, andré malraux, auguste bartholdi, freya stark, marrib, reine de saba, saba, salomon, juif, juifs du Yémen, islam, chrétien, mer rouge, golfe arabique, bab el mandeb, red rea, théodore Monod, José-Marie Bel, unesco, protection de la Nature, exploration, route des épices, routes de l’encens, route de la myrrhe, corsaires malouins, Saint-Malo, Institut du Monde Arabe, Uniterre.com, brest 2000, Bilkis, voyages au yémen, socotra, adenium, yemen airways, désert, arabie, arabia, océan indien, roi mage, melkior, millenium ethiopien, ethiopia millenium, ethiopia 2000, ethiopie 2000, pradier, rue pradier, exposition paris, exposition éthiopie, afrique, corne de l’afrique Ethiopie, Aethiopia, Ethiopia, Abyssinie, abyssina, Harrar, Harar, Addis Abeba, café, Kaffa, Ilg, Ménélik II, Menelik I, Hailé Sélassié, Rasta, ras tafari, tej, teff, brest 2004, brest 2008, rouen 2008, explorateurs, Makeda, Adoua, Axum, axoum, voyages en ethiopie, exploration, ras dashen, millenium ethiopien, ethiopian airlines, livres anciens, festival carnet de voyage, ethiopique, ethiopiques, Erythrée, erythrea, dahlak, iles dahlaks, adoulis, adulis, keren, maskal, timkat, fête de la croix, fête de l’épiphanie, asmara, chama, Tigre, Somalia, Afrika, Geschichte, Kongo, Monolithkirchen, Felskirchen Tigre Somalia, Africa, History Horn of Africa, rock-hewn churches, blue Nile, Tzana Lake, History, Travel, Ethiopie, etiopie, etiopia, aethiopia, Aethiopien, Äthiopien, ?????p?a, Itiopia, Ytiopia, Rasta, rastafaraï, Haïle Selassie, Abyssinie, Axoum, Axum, abyssnia, abyssniia, abyssini, aybssinia, bayssinia, abyssinnia, abssinia, abyssiina, abysinia, ayssinia, abyssinai, byssinia, abyssina, absysinia, aabyssinia, abyssiinia, abyssiia, abyssiniaa, abysisnia, abyssiniia, abyyssinia, abysssinia, abbyssinia, abissinia, abissinie, Tigré, Somalie, Afrique, histoire Corne de l'Afrique, Red Sea, Mer rouge, rothe Meer, Djibouti, Aden, Obock, erytrée, erythrea, Massawa, églises rupestres, Aksum, Ménélik, Kassa, Vasco Gama, Francisco Alvarez, Almeida, Paes, Paez, Oviedo, Tewodoros, Teodoros, Tewodros, Te Oubié, Asmara, Erythrée, Eritrea, Erytrea, Nil bleu, Abbadie, voyage, histoire, Zagoué, Gondar. Afrique - Ethiopiens - Theodoros - Stern - Africa - etchings - engravings - ilustrados - grabados antiguos - grabado antiguo - ritratto - ritratti - incisioni - incisione - illustrato - illustrati - incisioni vecchie - incisione vecchia - illustrateds - illustrated - old engravings - ilustrados - grabados antiguos - grabado antiguo - ritratto - ritratti - incisioni - incisione - illustrato - illustrati - incisioni vecchie - incisione vecchia - old engraving - Porträt - Porträts - Gravieren - gravierens - illustriert - altes Gravieren - retrato - retratos - grabados - grabado - ilustrado - prints – plates.
Accueil [fr] | [fr] | [fr]
L'univers de l'Espace
Reine de Saba










ARTICLES DIVERS sur le YEMEN, ETHIOPIE, rivages de la mer Rouge

Publié dans TELERAMA en septembre 2015 :

Architecture Au Yémen, le patrimoine culturel à l’épreuve de la guerre

Luc Le Chatelier Publié le 05/09/2015. Mis à jour le 01/02/2018 à 09h01.

http://www.telerama.fr/scenes/au-yemen-le-patrimoine-culturel-a-l-epreuve-de-la-guerre,130937.php

Au VIe et VIIe siècle, le Yémen, islamisé par Ali, le gendre du Prophète Mahomet, est devenu un très important centre de la culture islamique. « Depuis lors, deux obédiences se partagent — et plus souvent se disputent — le territoire, le pouvoir, les richesses, l’influence, explique l’ethnologue et dessinateur José-Marie Bel, qui a arpenté le pays de long en large en compagnie de Théodore Monod... « Au nord, autour de Sanaa, les Zaïdites, souvent assimilés au Chiites, dont certains jeunes têtes brûlées alimentent aujourd’hui les milices Houthis. Au sud, vers Taëz et le port d’Aden, les Sunnites prédominent. Ajoutez-y des hautes vallées tenues par des chefs de guerre plutôt farouches, la présence avérée d’Al Qaida et de Daech au sud, et un taux d’armement (11 millions d’armes à feu pour 25 millions d’habitants) proche de celui des Etats-Unis (sans compter la Jambiya, le poignard traditionnel recourbé que tout homme se doit de posséder), et la situation devient explosive. Surtout que l’on vient de découvrir du pétrole au large d’Aden et des gisements de gaz naturel dans le désert... » Un vrai désastre que José-Marie Bel et ses collaborateurs de La Reine de Saba, la petite galerie spécialisée sur le Yémen qu’ils animent à Paris (30 rue Pradier), essayent d’endiguer avec une pétition contre les bombardements de l’armée saoudienne qui ne peuvent qu’ajouter à la pagaille.

Dommages collatéraux ou destructions intentionnelles ? Au Yémen, les raids de l’aviation saoudienne, qui pourchassent les milices chiites houthistes (soutenues par l’Iran et par l’ancien président Ali Abdallah Saleh, qui ne rêve que de déboulonner son successeur Abd Rabbo Mansour, lui-même réfugié à Ryad...), ne font pas dans le détail. Depuis mars dernier, on compte, selon l’ONU, 4 300 morts, dont de nombreux civils, 10 000 blessés et 1,2 million de déplacés, mais aussi de considérables dégâts en matière de patrimoine. Classée à l’Unesco, la vieille ville de Sanaa, perchée à 2 200 mètres d’altitude et habitée depuis plus de 2 500 ans, avec ses 103 mosquées, 14 hammams et maisons-tours en terre qui grimpent à 30 mètres de haut, a subi de graves dommages. Dans le quartier al Qasimi, la mosquée al-Mahdi (XIIe siècle) a été soufflée par un missile. Les villes de Saada, Taëz et Aden — le fameux port du sud, construit à l’intérieur du cratère d’un volcan — ne sont pas plus épargnées. En milieu urbain dense, les frappes aériennes, fussent-elles « ciblées », sont toujours dévastatrices...

Plus étrange, des sites isolés, sans valeur stratégique, ont aussi été pilonnés, comme la cité fortifiée pré-islamique de Baraqish, inhabitée, aux limites du désert, ou plus inoffensif encore, le Musée régional de Dhamar, qui abritait des milliers d’objets de la civilisation Himyarite. L’Unesco s’en est publiquement ému à plusieurs reprises. Pour toute réponse, les Saoudiens ont bombardé, fin août, le barrage de Marib, l’une des plus imposantes merveilles d’ingéniérie construite en 750 avant J.C, du temps de la reine de Saba. Sans que les Etats-Unis, ni l’Europe, ni la France ne réagissent. Pourquoi ce silence ? Trop d’accords politiques (dans la lutte contre Daech, mais aussi les pressions sur l’Iran), commerciaux (le pétrole, le pétrole, le pétrole) et militaires (dernier contrat : 79 vedettes et patrouilleurs achetés à la France) nous lieraient-ils à l’Arabie Saoudite ?

“L’Arabie heureuse”

Pourtant, pour les assez rares voyageurs qui ont arpenté ces hautes terres du nord du Yémen, ce pays tient du petit paradis. De hautes montagnes (dont le Jabal an Nabi Shu’ayb, 3 666 m, point culminant de la péninsule), des vallées profondes, de l’eau... Pour les Grecs et les Romains, c’était « l’Arabie heureuse ».

Avec une superficie de 527 000 km2, le Yémen est presque aussi grand que la France. Ses 25 millions d’habitants (40/km2) en font un des pays les plus densément peuplés de la péninsule arabique.

Sanaa, sa capitale « du nord » perchée à 2 200 m d’altitude, compte plus de 2 millions d’habitants. Connu pour son architecture traditionnelle de terre crue, la vieille ville présente une densité incroyable d’immeubles dont les plus anciens ont près de 500 ans. « Et ils tiennent toujours », explique l’architecte Thierry Joffroy qui a pu les étudier de près. « La structure repose en général sur une base de pierre sur laquelle ils montent des murs très épais chainés à chaque étage par un système de poutres et de planchers. C’est une architecture organique qui peut grimper très haut par ajouts successifs. On a l’impression d’un vocabulaire assez géométrique, mais vu de près, cela ressemble plus à de la pâtisserie. »

Qu’est devenu le Khailah Palace, dans la vallée du Wadi, à l’est du pays, où un certain David, animateur d’un blog de voyage, a failli passer la nuit, en 2008, pour 60 $ ? Dans sa description, il y avait alors une centaine de chambre, dont une seule était occupée par une aventureuse touriste allemande... Impossible aussi de savoir si cette construction respecte les principes de l’architecture traditionnelle, mais l’aspect général le laisse penser. D’après Thierry Joffroy, architecte grenoblois et animateur du réseau CRAterre, « au Yémen, le savoir-faire millénaire des bâtisseurs ne s’est pas perdu. Parce qu’il fait partie de la culture et de la fierté des Yéménites. Mais aussi, parce que construire en terre coûte simplement moins cher ».

© AFP PHOTO / MOHAMMED HUWAIS


IL Y A TROIS ANS... Le YEMEN SOMBRAIT DANS LE CHAOS... Le patrimoine yéménite ravagé par la violence, des sites classés à l’UNESCO touchés

Des représentants de l’UNESCO indiquent que la situation du patrimoine au Yémen est similaire à celle en Irak et en Syrie

Sala Khaled et ses amis avaient l’habitude d’escalader la forteresse d’al-Qahira, édifice de 3 000 ans surplombant la ville de Taiz, dans le sud du Yémen. Ce bâtiment fortifié en stuc lui rappelle son enfance : elle y a appris la photographie avec ses amis.

« Le château d’al-Qahira est ce qui constituait la particularité de Taiz et faisait la fierté de ses habitants. J’avais peur qu’ils ne l’attaquent et malheureusement, ils l’ont fait », a-t-elle confié, ajoutant que depuis que les combattants houthis ont pris le contrôle de la troisième ville du Yémen en mars, celle-ci a été transformée en une ville fantôme.

La coalition saoudienne a lancé en mars une campagne de bombardement visant à repousser les houthis, mais depuis, les combats n’ont fait que redoubler de brutalité.

Sala Khaled affirme que ces beaux souvenirs ne seront plus jamais les mêmes désormais. « Un jour, j’y retournerai, mais je prendrai les ruines en photo. Toute cette beauté a été réduite en poussière », explique-t-elle depuis Sanaa, où elle réside temporairement.

Comme Khaled, de nombreux Yéménites se sentent impuissants et pris au piège face à la lutte acharnée pour le pouvoir entre les houthis et la coalition d’États arabes dirigée par l’Arabie saoudite, qui est soutenue par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France.

Le château d’al-Qahira n’est pas le seul site en danger. Les vitraux communément appelés qamariya qui ornent les résidences de la vieille ville de Sanaa ont volé en éclats suite aux impacts des bombardements incessants sur les montagnes voisines de Nuqom la semaine dernière. Les maisons à étages, construites à base de gypse (un sulfate utilisé dans de nombreuses formes de plâtre) et de briques réfractaires, sont habitées depuis plus de 2 500 ans.

Qui est responsable ?

Pour l’ancienne ministre de la culture, Arwa Abdo Othman, les houthis et les forces fidèles à l’ancien Président Ali Abdallah Saleh sont responsables de la destruction du patrimoine yéménite. « Selon certaines indications, la milice houthie entreposait des armes dans les châteaux historiques, ce qui a poussé les forces saoudiennes à bombarder ces sites », a-t-elle expliqué. Malgré les avertissements formulés il y a un mois, Othman a été déçue de constater que le patrimoine et les sites archéologiques ont été attaqués.

Des habitants de la vieille ville, qui ont souhaité rester anonymes, affirment avoir vu que des armes étaient cachées à l’extérieur de la ville, au ministère de la Défense et dans des écoles.

Pour Anna Paolini, représentante de l’UNESCO dans les États arabes du Golfe et au Yémen, la situation du patrimoine yéménite est similaire à celle des patrimoines irakien et syrien.

« J’entends la même chose des gens qui vivent [à Taiz], a expliqué Paolini. Si vous allez au Yémen, vous verrez qu’un grand nombre de sites archéologiques se trouvent au milieu de nulle part. Quand on parle d’archéologie, on parle de Balkis [qui aurait abrité la légendaire reine de Saba] ou de Marib [autrefois capitale du royaume de Saba].Que voulez-vous y entreposer ? Il n’y a rien ici. »

« Mais c’est également le cas avec les hôpitaux, les écoles. On ne peut pas contrôler cela », a-t-elle ajouté.

L’UNESCO a rapporté que les inscriptions sabéennes figurant sur les murs du barrage ont été effacées. Les attaques contre le barrage sont survenues une semaine après la destruction du musée national de Dhamar, qui abritait plus de 12 500 reliques du patrimoine yéménite, plus tôt ce mois-ci.

Déchirés et incrédules, les civils ne peuvent que regarder les antiquités du pays tomber en ruines. Des reliques culturelles, dont des manuscrits de la Bible et des statues datant de plus de 600 ans, sont vendues pour gagner de l’argent rapidement. Beaucoup ignorent si des systèmes ont été mis en place pour localiser et traquer les contrebandiers qui vendent ces objets.

Anna Paolini a indiqué que le déplacement de nombreux réfugiés vers l’Arabie saoudite et Djibouti pourrait être une autre raison de la sortie des objets du pays.

« D’importants défis se posent pour tenter de localiser les coupables ; nous mettons en place des mécanismes pour former les organisations douanières des deux pays et nous négocions avec ces dernières afin de préparer des techniques de surveillance et des formations », a-t-elle ajouté.

Arwa Abdo Othman a signalé que des objets de collection et de culte avaient été volés dans la Maison du patrimoine traditionnel de Sanaa même avant la guerre. Alors que seulement 1 % du budget du gouvernement était alloué à des projets culturels, ceux qui étaient responsables de ces questions sous la présidence Saleh agissaient comme des voyous, a-t-elle affirmé. « Savez-vous que des stocks entiers de reliques de musées et de manuscrits étaient pillés systématiquement par l’État et évacués du pays au grand jour ? ».

Hisham al-Omeisy, un analyste politique basé dans la capitale, a cependant affirmé que la coalition dirigée par l’Arabie saoudite était l’unique responsable des destructions et n’avait remporté aucune véritable victoire jusqu’à présent. « On ne tue pas une mouche posée sur une peinture de van Gogh en lui assénant un violent coup de massue. La destruction d’un bâtiment de trois millénaires pour tuer trois ou même trois cents houthis a enragé trente millions de Yéménites, qui ont perdu une part irremplaçable et inestimable de leur patrimoine », a déclaré Omeisy.

Sala Khaled va jusqu’à soutenir que la coalition dirigée par l’Arabie saoudite détruit délibérément les sites historiques du Yémen.

« Ils veulent détruire ce qui reste sur cette terre antique. J’aurais aimé qu’ils puissent aller autre part qu’à Taiz et au Yémen pour terminer leurs combats. »

Pendant ce temps, d’autres se demandent s’il s’agit du bon moment pour se concentrer sur les sites antiques, alors que plus de 20 millions de personnes font face à une aggravation de la crise humanitaire et éprouvent les pires difficultés à accéder aux denrées alimentaires, à l’eau et aux soins médicaux.

Abdo Elfgeeh, un homme d’affaires de la capitale qui a assisté à la campagne de bombardement au cours des premières semaines, a insisté sur le fait que les vies humaines devraient prévaloir. Selon lui, les sites doivent être ciblés s’ils servent d’entrepôts d’armes.

Deux autres sites ont été attaqués ces derniers jours : la mosquée al-Aidaroos, qui date du XIVe siècle, et la forteresse de Sira, qui date du Xe siècle et surplombe la ville de Crater et l’océan Indien. Au XVIe siècle, ce bastion imprenable a résisté aux attaques des Portugais et a joué un rôle essentiel dans la défense contre l’armée turque. Plus tard, les Britanniques ont modifié la conception et l’architecture initiales du fort, comme l’indique un rapport du capitaine Foster daté de mars 1839.

Pour sa part, Anna Paolini a déclaré que l’UNESCO coopérait avec la coalition saoudienne pour sensibiliser l’armée et s’assurer que certains des principaux sites ne se trouvent pas dans les zones ciblées. « Nous travaillons également avec des sites archéologiques de renommée internationale. Nous sommes constamment en contact avec différentes organisations internationales pour plaider en faveur de la protection de ces zones », a-t-elle indiqué.

« Nous sommes en train de tout perdre »

Certains Yéménites sont très inquiets face à la perspective de voir la guerre entraîner le pays, dont certains sites majeurs remontent au VIe siècle avant J.-C., vers une faillite culturelle.

D’après Arwa Abdo Othman, le tourisme dans le pays a presque totalement disparu à partir de 2007, en raison de l’augmentation des attentats et des enlèvements contre rançon d’al-Qaïda. « Malheureusement, nous sommes coupés du monde depuis de nombreuses années », déplore-t-elle.

« La guerre a davantage exacerbé l’isolement du pays et l’a fait reculer de dix ans. »

Abdo Elfgeeh a toutefois estimé qu’il était « navrant » de soulever la question du tourisme maintenant, alors que la violence fait rage et que des millions de personnes sont en situation de détresse extrême.

« Vous connaissez la situation au Yémen. C’est un pays extrêmement pauvre qui n’a même pas de système de santé et d’éducation de base, a expliqué Paolini. Le ministre de la Culture s’était attelé à ce problème, mais lorsque la principale priorité du pays est liée à des vies humaines, on suit bien sûr l’ordre de priorité. »

« Je souhaite la paix, et j’ai de la peine à voir ces destructions dans ma ville, a ajouté Sala Khaled. Des civils sont tués au cours des combats. Personne n’est gagnant dans cette guerre. Nous sommes en train de tout perdre. »

Arwa Abdo Othman a indiqué toutefois qu’il y avait des raisons de rester optimiste. « Tant qu’il y aura des êtres humains, il y aura de l’innovation, il y aura de la créativité, il y aura un patrimoine culturel. En tant que membres de la société civile, c’est à nous de faire entendre notre voix, pour arrêter cette guerre qui tue l’esprit humain, qui nous tue et qui tue notre avenir. »

Mohammed al-Qalisi a contribué à la réalisation de ce reportage.


ETHIOPIE... Barrage de la Renaissance (certainement pas pour tout le monde...)

Les empereurs d’antan en ont rêvé, Menelik II l’a tenté... et actuellement l’Ethiopie - à la croissance indécente, qui vends ses terres et son peuple ... - va ouvrir le plus grand barrage d’Afrique, et donc détourne et bloque l’eau du Nil bleu (au plus grand débit) pour en faire de l’électricité, louable certes, mais/et qui cause et va causer d’énormes problèmes divers et notamment à ses deux grands voisins, le Soudan et surtout l’Egypte.

2018 : inauguration du troisième grand barrage éthiopien... (Alors que dans ce grand pays, le deuxième en population, où la jeunesse, instruite et éclairée grouille dans les rues des villes (plus de 100 millions d’habitants) certains ne connaissent même pas la roue, la brouette)...

Des tensions alimentées par de vraies inquiétudes et par une nouvelle donne géopolitique.

D’abord, parlons de ce barrage sur le Nil bleu au trois quart terminé et qui devrait entrer en service dès 2018 : 170 mètres de haut, près de 2km de large et un lac réservoir immense, capable de retenir plus que la capacité annuelle du fleuve.

Il produira à terme 6000MW, ce qui fera plus que doubler la production électrique éthiopienne, un pays de 100 millions d’habitants qui en manque cruellement et qui, d’un coup, deviendra la centrale électrique de l’Est africain.

Si l’Egypte s’inquiète, au moins de menacer, c’est parce qu’elle se trouve et aval du barrage et qu’elle tire du Nil 90% de son eau potable, agricole ou industrielle. Autrement dit, aujourd’hui comme hier, l’Egypte est avant tout un cadeau du Nil.

Il suffirait que l’Egypte s’entende avec ses voisins pour gérer cette eau !

Vous parlez d’or, Pierre ! Sauf que l’Egypte n’est pas habituée à discuter, elle qui a toujours été la puissance économique, politique voire militaire de la région. Le Soudan et l’Ethiopie étaient trop pauvres pour lui contester cette primauté.

Résultat, en 1959 un traité parfaitement léonin a été signé qui attribue à l’Egypte les ¾ de l’eau du Nil. Or même avec des termes aussi défavorables, le Soudan n’est jamais parvenu à consommer sa maigre portion du fleuve qu’il abandonnait donc à Egypte.

Ça c’est l’ancien monde. Celui qu’on a quitté au tournant des années 90/2000. Aujourd’hui, dans un monde globalisé où les échanges commerciaux, les ressources minières et les taux de croissance comptent plus que les divisions blindées, les cartes sont rebattues.

Or il se trouve que le Soudan a du pétrole et surtout, que l’Ethiopie a depuis 10 ans au moins, le taux de croissance annuel le plus élevé au monde après la Chine.

Vous voulez dire que l’Egypte commence à sentir la concurrence ?

Relative : l’Ethiopie reste un pays très pauvre et son économie est encore 5 fois moins importante que celle de l’Egypte. Mais c’est la première fois depuis j’allais presque dire des millénaires qu’elle est capable de tenir la dragée haute au Caire.

Mais c’est surtout la différence entre les deux pays qui frappe les esprits. D’un côté l’Egypte multiplie les éléphants blancs, comme cette capitale inutile sensée doubler le Caire, construite en plein désert ou encore des travaux mal engagés et évalués sur le canal de suez. De l’autre l’Ethiopie, elle, édifie un barrage.

L’Egypte achète des armes à tour de bras, est incapable de maitriser sa corruption endémique, laissant des pans entiers de son économie aux mains des militaires. De l’Autre, Addis Abeba multiplie les projets structurants, agricoles et industriels.

Je ne parle pas ici de démocratie : les deux pays sont tous deux dictatures féroces. Sauf qu’au Caire, on mendie des milliards en Arabie Saoudite pour survivre un mois de plus alors qu’à Addis Abeba, les banquiers du monde se précipitent pour avoir l’honneur de prêter au pays.

D’où l’inquiétude de l’Egypte qui est à la fois économique, politique et existentielle : le monde qui vient est en train de lui donner du fil à retordre sous la forme d’un pays qu’elle a toujours méprisé et qui est en train de lui rendre la politesse, à savoir l’Ethiopie. Synthèse : France Inter, AFP, remerciements.



Nouvel article


Djibouti Ethiopie Erythrée

Franck Gouéry publie un nouvel ouvrage...

A paraître le 12 octobre 2017

Djibouti : de roc, de sable et de sel Franck Gouéry et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Paris, Non Lieu, octobre 2017. 150 photographies en couleur, 21 x 29 cm, 168 pages, 29 EUR. ISBN 978-2-35270-237-5

« Les populations sont superbes. Les paysages, mer, désert, montagne, sont parmi les plus beaux du monde. Dans le volcanique spectaculaire, il n’y a rien de mieux que Djibouti » Jean-François Deniau

Terre incandescente et inhospitalière, Djibouti est le point de rencontre de trois rifts formant des paysages désertiques "de roc, de sable et de sel".

Dénué de ressources naturelles autres que la mer, le soleil, le vent et la chaleur, ce minuscule Etat de l’Afrique de l’Est est pourtant un acteur essentiel de la région. Stratégiquement situé, Djibouti est la porte de la Corne de l’Afrique, et le port du géant éthiopien enclavé. Havre de stabilité entre l’Érythrée totalitaire et la Somalie décomposée, il est l’œil du cyclone et accueille la plus importante base militaire française à l’étranger. Cette ancienne colonie française, indépendante depuis 1977, dispose surtout d’atouts touristiques spectaculaires où le minéral domine et le vivant est en sursis : de la banquise de sel du lac Assal aux cheminées de calcaire ocre aux formes surréalistes du lac Abbé, en passant par la mystérieuse forêt du Day, les gravures rupestres d’Abourma et les mangroves de l’île de Moucha.

Cet ouvrage est une invitation au voyage sur cette terre volcanique inondée « de lumières et d’espaces », qu’avaient décrite en leur temps Monfreid, Gary, Kessel et Rimbaud.

Franck Gouéry est maître de conférences en questions européennes à Sciences Po. Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, auteur d’une quinzaine d’ouvrages, enseigne les relations internationales à Sciences Po.

Ensemble, ils ont déjà publié Les Afars d’Éthiopie : dans l’enfer du Danakil (Non Lieu, 2011, épuisé), Érythrée, entre splendeur et isolement (Non Lieu, 2015) et Érythrée, un naufrage totalitaire (PUF, 2015).


 

RIMBAUD d’HARAR sur ARTE le 11 octobre 2017

INVITATION AU VOYAGE Ce matin à 5h50 mardi 10 octobre 2017... bien tôt donc, sur France Inter, j’entends quelques bribes sur l’émission quotidienne "Invitation au Voyage" qui est diffusée sur Arte mercredi 11 octobre à 16h30 et Thomas Chevineau parle de Rimbaud et d’Harar... (Ethiopie) et d’Isabelle, sa soeur (bigote et qui passa son temps à bidouiller la vie de son grand frère avec son mari Paterne Berrichon, médiocre sculpteur et prédateur... piquant tout de Rimbaud à Verlaine and co) alors, effaré j’écoute... "Rimbaud musulman !" ... forcément, car il vit à Harar, 4ème ville sainte de l’Islam ! - Mais c’est bien sûr ! (c’est comme si nous, certains qui vivons à Paris... sommes forcément arrogants, prétentieux, riches et obsédés de l’Aaamour), que "le jeune (26/37 ans...) Arthur consomme du qât ! (plante aux vertus légèrement... excitantes ? - Mais, c’est bien sûr ! Rimbaud, la belle gueule (17 ans à Charleville...) immortalisée comme le Ché qu’on vient de célébrer... Oui, c’est bien sûr ! un hippie, un drogué, un voyageur vagabond... - et enfin, ce que j’entends... un commerçant en tous genres : casseroles, babioles et armes !!! - Mais... c’est bien sûr ! le salaud : donc, musulman, cool, prenant de la drogue et vendeur d’arme et exilé... Le salaud... Rimbaud ! Ne croyez pas ces "raccourcis et ces balivernes, elles sont faciles et accrocheuses et "ça vends, ça existe",... lisez, écouter de la vraie info (dont les 11 émissions qu’on a donné sur France Culture diffusée il y a 2 ans... et le film documentaire diffusé en juin 2015 sur France 3, J-M Djian), et voyez bientôt l’exposition majeure que l’on prépare pour dans quelques mois à Paris à l’Espace Reine de Saba (plus de 25 ans de préparation...).... www.espacereinedesaba.org
 
http://sites.arte.tv/invitation-voyage/fr/video/invitation-au-voyage-103

C’était : Portes Ouvertes AAB Saba 19 au 22 mai 2017

Encore : Exposition Un paradis : le HADRAMAWT... jusqu’au 29 juillet 2017

EDITION mi-mai 2018 : inscriptions avant le 31 janvier prochain. En préparation : festival de carnets de voyage, avec Christelle Guenot et d’autres amis (es) plein de talents, avec un regard particulier sur l’ETHIOPIE, la mer Rouge et l’Arabie, l’oéan Indien... A suivre, à bientôt.

Dans le cadre de nos Portes Ouvertes (des Artistes de Belleville)... Rêver, rencontrer, soutenir, discuter, méditer, discuter et pourquoi pas acquérir.. ; un trésor, une oeuvre, un livre (pas bien cher), déguster une pâtisserie avec un thé offert, s’offrir une plante (vraiment pas bien chère), et tant d’autres choses à découvrir, et ressentir ... www.espacereinedesaba.org et : http://https:www.ateliers-artistes-... Nouveauté et bienvenue : Portes Ouvertes des Artistes de Belleville : Espace Reine de Saba avec José-Marie Bel et Bertrand Ouillon + brocantes livres et plantes, thé, pâtisseries, miels d’exception, encens, objets ethniques,...


 

http://https:www.laradioparisienne....



ETHIOPIE enquête exclusive

30 avril 17 et replay ELDORADO l’Ethiopie ! Oui, il y a de l’argent à se faire... par les Chinois, les Hollandais, les Indiens, et tant d’autres... des Buildings poussent partout, tandis que les millions de pauvres grattent la terre et marchent... jetez un coup d’oeil à ce reportage, où il y a du vrai et du choc médiatique... Ah Benoit de la Rivardière ... et M6
 

Au sein du continent africain, l’Éthiopie fait figure d’eldorado ! Avec 10% de croissance par an, l’un des taux les plus forts au monde, ce nouveau « tigre de l’Afrique » vit un incroyable miracle économique, très loin des images de sécheresse, de famine et de guerres civiles qui ont longtemps collé à la peau du pays.

Grands chantiers, buildings flambants neufs, quartiers d’affaires… l’’Éthiopie se modernise à grande vitesse et le nombre de millionnaires a explosé ces dernières années. Nous avons suivi l’un des hommes les plus puissants du pays, Tadiwos Belete, un magnat de l’immobilier. Son prochain projet : acheter une île entière pour y bâtir le complexe hôtelier le plus luxueux d’Afrique.

Mais le pays attire aussi les entreprises étrangères, notamment les Chinois qui y investissent massivement, séduits par des terrains à bas prix et une main d’œuvre très bon marché. Les caméras d’Enquête Exclusive ont été exceptionnellement autorisées à filmer chez le plus grand fabricant chinois de chaussures en Éthiopie. 5 000 ouvriers locaux, sous-payés et soumis à des cadences infernales, sont gérés à la baguette par des cadres dirigeants venus de Pékin.

Les Français, eux, ont créé des vignobles sur les hauts plateaux. Objectif : attaquer le monopole du vin sud-africain.

L’Éthiopie est aussi réputée pour ses top models, parmi les plus belles femmes d’Afrique. Addis-Abeba, la capitale, est devenue un vivier pour recruter les futurs mannequins appelés à défiler sur les podiums du monde entier.

Quant aux touristes, ils sont 900 000 chaque année à tenter le voyage, attirés par des paysages à couper le souffle comme le désert du Danakil, l’endroit le plus chaud de la planète. Certains optent pour des voyages de l’extrême ! Au programme : randonnée sur un volcan en activité, photos du cratère en ébullition ou encore nourriture des hyènes sauvages à la main.

L’Éthiopie a beau être l’un des pays les plus dynamiques d’Afrique, les inégalités et la pauvreté n’ont pas disparu, au contraire. Résultat : les oubliés du miracle économique crient leur révolte et les tensions se multiplient avec l’armée et les forces de l’ordre.

Videos, séries et émissions sur M6.fr : L’émission Business, tourisme et top models : le nouveau visage de l’Éthiopie - 30/04/2017 - M6 http://www.m6.fr/emission-enquete_exclusive/30-04-2017-business_tourisme_et_top_models_le_nouveau_visage_de_l_ethiopie/#ixzz4fnLCGlSk



LYON et l’ETHIOPIE

L’Amitié Franco-Éthiopienne participe à la soirée "Éthiopie" organisée par ARTISANS DU MONDE Lyon & Villeurbanne, qui accueillent Monsieur Omer Gemeda, représentant de leur partenaire "Oromia Coffee Farmers Cooperative Union" :

- samedi 20 mai à partir de 19h
- Maison des Associations, 28 rue Denfert Rochereau, 69004 Lyon
- Métro "Croix-Rousse", bus C13, arrêt "Mairie du 4e"

A cette occasion, toute aide sera bienvenue pour présenter l’Éthiopie :
- expliquer la cérémonie du café - on ne pourra pas la faire dans cette salle, mais on apportera le matériel, pour montrer
- écrire des prénoms en amharique
- montrer des habits éthiopiens
- présenter de l’artisanat
- en général, répondre aux questions, etc, etc...

Contactez-nous rapidement si cela vous intéresse, svp : Sonia 06 03 44 40 88 / 04 78 03 79 03 / soniahem@club-internet.fr / amitie.ethiopie@free.fr

http://admlyonvilleurbanne.fr/event/soiree-rencontre-debat-producteur-de-cafe-ethiopien/

http://www.oromiacoffeeunion.org/


 

Le Yemen manque de tout et d’abord de Paix

Rassemblement à Paris samedi 25 mars

Salam For Yemen organise le samedi 25 mars prochain un rassemblement de solidarité pour le Yémen à Paris.

تنظم جمعية سلام من اجل اليمن الفرنسية وقفة تضامن مع اليمن في باريس يوم السبت القادم

SFY organizes a rally in solidarity with Yemen in Paris next Saturday, 25th of March . Salam For Yemen vous invite à participer à un rassemblement à Paris, samedi prochain 25 mars de 16h00 à 18h00 . Lieu : Parvis des Libertés et des Droits de l’Homme, Trocadéro 75116 Paris France Métro Trocadéro Le 26 mars , cela fera deux ans que le Yémen est en proie aux bombardements indiscriminés de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite. A cela s’ajoutent les victimes innombrables de l’embargo que fait peser la coalition sur le Yémen. Le spectre de la famine plane sur le pays

Plus de 19 millions de yéménites ont besoin d’une assistance humanitaire. Selon l’UNICEF, plus de 63 000 enfants sont morts de malnutrition et de manque de soins médicaux. Un enfant meurt aujourd’hui au Yémen toutes les dix minutes. Cette situation est inacceptable.

Permettre à l’aide humanitaire d’entrer dans le pays, faire cesser les bombardements et les attaques contre les infrastructures routières, les ports et les aéroports, c’est possible.

La communauté internationale peut empêcher la famine qui menace près de 20 millions de personnes, elle doit agir et agir vite . Nul ne peut ignorer cette catastrophe. Laisser faire, c’est être complice du drame qui se joue en ce moment même.


 

Espace BEL' de Saba - 30 rue Pradier - 75019 Paris - Tél / Fax : 01 43 57 93 92 - Contact